fr.lutums.net / Qu'est-ce que la loi sur l'emploi (Jumpstart Our Business Startups)

Qu'est-ce que la loi sur l'emploi (Jumpstart Our Business Startups)


HR 3606, Jumpstart Notre loi sur les créations d'entreprises (JOBS) a été adoptée par la Chambre et le Sénat le 27 mars 2012 et signée par le président Obama le 5 avril 2012. Alors que la plupart des économistes pensent que la loi aura peu d'impact sur l'emploi, les restrictions et les coûts auxquels sont confrontées les entreprises privées cherchant à accéder aux marchés publics au cours de leurs premières années de croissance seront réduits.

Cependant, les avantages sont susceptibles de se faire au détriment des investisseurs privés qui ont perdu des protections établies depuis longtemps en vertu des lois sur les valeurs mobilières antérieures. De nombreux observateurs estiment que les risques accrus de fraudes et d'escroqueries pour le grand public l'emportent sur les petits avantages pour un groupe limité d'entreprises, de gestionnaires de placements et de courtiers.

Selon ses promoteurs, JOBS «aidera les petites entreprises à lever des capitaux, développer leur activité et créer des emplois privés pour les Américains.» Concrètement, l'objectif de JOBS est de stimuler les investissements dans les entreprises nouvelles et émergentes et de ce que certains estiment être des exigences de rapport onéreuses de la loi Sarbanes-Oxley.

Sarbanes-Oxley, promulguée le 29 juillet 2002 suite à l'échec d'Enron, a établi des normes strictes pour la comptabilisation et la présentation des résultats financiers des entreprises publiques et étendu la responsabilité pénale et civile aux conseils d'administration, aux dirigeants et aux cabinets d'expertise comptable pour non-respect de la réglementation. Avec l'adoption de la Loi sur l'emploi, bon nombre des protections accordées aux investisseurs par Sarbanes-Oxley ont été efficacement supprimées.

Qu'est-ce qui est inclus dans la Loi sur l'emploi?

De nombreuses dispositions clés figuraient initialement dans des projets de loi bipartis limités antérieurs qui ont ensuite été regroupés dans la Loi sur l'emploi. Les dispositions les plus importantes sont:

1. Création de la "Emerging Growth Company"
La Loi a créé une nouvelle catégorie d'émetteurs d'actions, une société émergente en croissance (EGC), qui est soumise à la réglementation de la SEC sur une période de cinq ans. Une entreprise doit être détenue par des intérêts privés et avoir des revenus inférieurs à 1 milliard de dollars pour avoir le statut EGC, et peut conserver ce statut pour une durée maximale de cinq ans ou jusqu'à ce qu'elle dépasse les revenus bruts de 1 milliard de dollars.

En vertu de la Loi, un EGC:

  • Est exempté de la règle donnant aux actionnaires le droit de vote sur la rémunération des dirigeants, que les actionnaires ont maintenant en vertu de la réglementation en vigueur.
  • Est tenu de fournir seulement deux années d'états financiers audités pour un premier appel public à l'épargne (IPO), plutôt que trois ans comme cela est maintenant requis.
  • N'est pas tenu d'embaucher une société d'audit indépendante pour fournir une opinion sur les contrôles financiers, tel que requis par Sarbanes-Oxley.
  • Peut fournir les rapports de recherche des analystes aux investisseurs potentiels ou au public immédiatement avant et après l'offre publique - cette activité avait été interdite pour éviter que les analystes soient poussés à émettre des opinions favorables sur les titres que leurs employeurs ont souscrits.

2. Allocation de publicité et sollicitations générales d'investisseurs potentiels
En vertu de la disposition précédente du règlement D, les émetteurs de titres ne pouvaient utiliser aucune publicité, article, avis ou autre communication publiée dans un journal, un magazine ou un média similaire, ni diffusée à la télévision ou à la radio, ni aucun séminaire ou réunion ont été invités par une sollicitation générale ou une publicité générale. "

Initialement approuvé par la Chambre sous le nom de HR 2940 Loi sur l'accès au capital pour les créateurs d'emplois en novembre 2011, JOBS lève cette interdiction de sollicitation générale ou de publicité pour les placements privés régis par la Regulation D habituellement utilisés par les petites entreprises.

3. Provision pour "Crowdfunding"
La Loi, précédemment adoptée par la Chambre sous le numéro HR 2930, Loi sur l'accès des entrepreneurs à la capitale, a été modifiée au Sénat et permet aux entreprises de solliciter publiquement des investisseurs dans deux groupes:

  • Les investisseurs ayant un revenu annuel ou une valeur nette de 100 000 $ peuvent investir jusqu'à concurrence de 2 000 $ ou 5% de leur revenu annuel ou de leur valeur nette.
  • Les investisseurs dont le revenu annuel ou l'avoir net est supérieur à 100 000 $ peuvent investir jusqu'à concurrence de 10% de leur revenu annuel ou de leur valeur nette.

Un document d'offre doit être déposé auprès de la SEC, mais aucune inscription n'est requise. Les courtiers qui commanditent l'offre doivent être enregistrés auprès de la SEC et les sociétés peuvent lever jusqu'à un million de dollars par année. Les acheteurs sont tenus de détenir les titres achetés en vertu de cette disposition pendant au moins un an.

JOBS élimine effectivement le besoin d'un investisseur qualifié tel que défini à la Règle 501 du Règlement D. Pour être reconnu comme un «investisseur qualifié», un particulier devait avoir une valeur nette excédant 1 million de dollars, excluant la valeur de sa maison, un revenu supérieur à 200 000 $ au cours des deux années précédant le placement et une attente raisonnable du même niveau de revenu pour l'année du placement.

4. Règles d'introduction en bourse (IPO) assouplies par la réglementation A
HR 1070 La loi sur la formation du capital des petites sociétés, adoptée par la Chambre en 2011, réforme le règlement A de la SEC afin de permettre à une société de lever jusqu'à 50 millions de dollars tant qu'il existe des états financiers vérifiés.

Les entreprises qui utilisent cette méthode d'introduction en bourse sont exemptées des règlements de la SEC et des titres d'État, ou lois «blue sky». Une loi sur le ciel bleu est une loi d'État qui réglemente l'offre et la vente de titres dans les limites des États.

5. Report et enregistrement différé
Anciennement intitulé HR 2167, Loi sur la flexibilité et la croissance des sociétés fermées, et parfois appelé le règlement «Facebook», la Loi porte la limite de 500 actionnaires à 2 000 actionnaires avant d'être enregistrée auprès de la SEC. Les actions émises aux employés ne sont pas incluses dans les calculs. Cette disposition permet à une entreprise de conserver son statut privé au fur et à mesure de sa croissance, sans être contrainte de mettre prématurément en place une offre publique.

6. Augmentation des limites des actionnaires dans les banques communautaires
HR 4088, Loi sur l'expansion des capitaux, porte de 500 à 2 000 le nombre maximal d'actionnaires pour les banques communautaires ou les sociétés de portefeuille avant que l'inscription des titres soit requise.

Effets de la loi sur l'emploi

Comme de nombreux projets de loi émanant du Congrès, la loi sur l'emploi est controversée. Ses partisans comprennent la plupart des républicains, la Chambre des Congrès des États-Unis, la Fédération nationale des entreprises, le Wall Street Journal, et des entrepreneurs bien connus, tels que Steve Case, ancien président d'AOL. Comme l'a déclaré Dan Berger, fondateur de SocialTables à Washington: «Investir dans les startups a longtemps été relégué aux riches, mais avec le crowdfunding, le processus donnera plus d'entrepreneurs au capital et à plus de citoyens l'opportunité de décrocher l'or.

Les opposants, dont de nombreux démocrates, les rédactions de Bloomberg et du New York Times, la Consumer Federation of America, l'AARP, les anciens présidents de la Securities and Exchange Commission, les commissaires à la sécurité et les experts en droit de la sécurité soutiennent que JOBS loin dans la suppression des protections accordées aux investisseurs qui ont conduit à la loi Sarbanes-Oxley en 2002 et à la loi sur la réforme et la protection des consommateurs de Dodd-Frank Wall Street en 2010.

John Wasik, un collaborateur régulier du magazine Forbes, soutient que «le financement participatif pourrait faire croire que les escroqueries des années 1980 ressemblent à de simples infractions au stationnement». Lynn Turner, ancien chef comptable de la SEC, dit que la loi serait mieux connue sous le nom de Bucket. Boutique et Penny-Stock Fraud Reauthorization Act de 2012. "

Les partisans et les opposants ont publiquement identifié les avantages attendus et les risques probables de la Loi sur l'emploi.

Avantages

  1. Plus de capital signifie plus de démarrages et plus d'emplois . Les entrepreneurs peuvent lever de nouveaux capitaux en raison de moins de complexité et de dépenses moindres, en créant plus de démarrages et en embauchant de nouveaux employés. JOBS élimine ou retarde les dépôts fastidieux, les dépôts fréquents et l'enregistrement des remplaçants sans nécessiter d'approbation réglementaire. En conséquence, plus d'entreprises sont susceptibles de devenir publiques. Selon Bill Sahlman, professeur à la Harvard Business School, «lorsque vous réduisez le coût de faire quelque chose, vous en faites plus. C'est une économie simple et c'est l'objectif de la Loi sur l'emploi. "
  2. Expansion des fonds investis dans les startups . Le montant des fonds pouvant être investis dans les entreprises est considérablement augmenté. L'absence de restrictions sur la publicité et la sollicitation, ainsi que le financement participatif, permet aux petites entreprises entrepreneuriales de première étape de solliciter avec succès des investissements d'une base beaucoup plus grande d'investisseurs potentiels. Le bassin d'investisseurs potentiels pour les offres privées avant JOBS était limité aux investisseurs fortunés ayant une valeur nette minimale de 1 million de dollars. Cependant, JOBS permet à pratiquement toute personne ayant une valeur nette positive d'investir du capital dans le cadre d'un placement privé.
  3. Plus d'investisseurs peuvent participer . Les petits investisseurs ont pour la première fois un meilleur accès aux placements privés d'actions. Auparavant, les investissements dans les start-up non-privées étaient limités à de petits groupes (pas plus de 35 investisseurs), à des investisseurs ayant une relation unique avec la société émettrice de titres, ou à des investisseurs accrédités. JOBS supprime ces limites.
  4. Les entreprises peuvent rester plus longtemps privées . Les entreprises peuvent augmenter leur capital sans devenir publiques, en augmentant la limite des actionnaires autorisés avant que l'enregistrement auprès de la SEC de 500 à 2 000 permette à ces sociétés de renforcer leurs bilans et de rester des entreprises privées jusqu'au moment le plus opportun pour une offre publique.
  5. Capacité de rémunérer les employés avec stock . Les entreprises privées qui choisissent de différer une offre publique peuvent maintenant rémunérer leurs salariés en actions. Par exemple, de nombreuses sociétés technologiques ont des actifs de moins de 10 millions de dollars, mais un grand nombre d'employés reçoivent des actions au lieu de salaires en espèces. L'exclusion des employés dans le calcul de l'actionnaire permet aux entreprises d'étendre l'actionnariat dans l'ensemble de l'entreprise sans avoir à remplir des conditions d'enregistrement et de reporting coûteuses.
  6. Les banques peuvent devenir plus fortes . Les propriétaires de petites entreprises, en particulier ceux qui ont été durement touchés par la dernière récession, se plaignent que l'accès au capital est l'un des problèmes majeurs auxquels ils sont confrontés. À la suite des pertes sur prêts, les banques ont resserré les normes de crédit et mis l'accent sur leurs propres améliorations du bilan. Les nouveaux capitaux rendent les banques plus fortes et encouragent de nouveaux prêts.

Des risques

  1. Les fraudes et les escroqueries d'investisseurs sont susceptibles d'augmenter . En raison de la réduction de la surveillance réglementaire, la capacité de solliciter publiquement les investisseurs et le financement participatif sont les dispositions les plus controversées de la Loi sur l'emploi. De nombreux organismes de réglementation des valeurs mobilières fédéraux et des États estiment que les normes assouplies sont une invitation à ceux qui cherchent à escroquer ou escroquer le public, en particulier les personnes âgées qui n'ont pas l'expertise nécessaire pour évaluer correctement les risques des offres privées. Cela entraînerait alors un scandale à l'échelle nationale similaire à ceux entourant Bernie Madoff ou Alan Stanford. En termes simples, JOBS neutralise de nombreux règlements qui ont protégé les investisseurs privés depuis l'adoption de la Securities Act de 1933 à la suite du krach boursier de 1929. Certains observateurs du marché prévoyaient un retour aux opérations de «chaufferie» des années 1920, où des vendeurs de haute pression utilisant des banques de téléphone robotisées sophistiquées manipulent des gens naïfs et sans méfiance pour perdre leurs économies de toute une vie. Quel que soit le résultat, les investisseurs font clairement face à plus de risques et devraient étudier chaque investissement avant d'investir.
  2. Le taux d'échec des petites entreprises peut augmenter . De nombreux experts estiment que le taux d'échec des petites entreprises ne résulte pas d'un manque de capital, mais d'attentes irréalistes et d'une mauvaise gestion par les propriétaires d'entreprise. Un accès plus facile au capital encourage les startups plus infondées par des entrepreneurs non formés manquant de compétences de gestion de base.
  3. La loi sur l'emploi peut avoir peu d'effet net . Certains suggèrent que l'effet net de la Loi sur l'emploi sera de réduire le capital et la formation de nouvelles entreprises. Par exemple, Jay Ritter, professeur de finance à l'Université de Floride témoignant devant le Comité sénatorial des banques, du logement et des affaires urbaines, a déclaré: «En facilitant la collecte de fonds privés, en créant des liquidités sans être public. les actionnaires ont accès à, limitant la capacité des actionnaires du marché public à contraindre les gestionnaires après que les investisseurs apportent du capital, et l'effet net de ces projets de loi pourrait être de réduire la formation de capital et / ou le nombre de petites IPO. écho dans le même comité par John Coates, professeur à la Harvard Law School, qui a suggéré que les nouvelles lois "non seulement générer des scandales en première page, mais réduire la chose même qu'ils sont promus pour augmenter: la croissance de l'emploi."

Dernier mot

Le président a promulgué la nouvelle loi le 5 avril 2012, et les politiciens des deux parties s'attribuent le mérite de travailler ensemble pour rationaliser la formation de capital et éliminer la bureaucratie avec ses coûts excessifs. Anticipant les plaintes qui pourraient découler de leur surveillance antérieure mais maintenant absente, les organismes de réglementation des valeurs mobilières du gouvernement fédéral et des États déterminent la meilleure façon de protéger les investisseurs dans le nouvel environnement. Pendant ce temps, les escrocs, les escrocs et les courtiers non-éthiques frémissent d'excitation à leur nouvelle opportunité d'approcher un grand groupe d'investisseurs naïfs, jusqu'alors inexploités, avec des stratagèmes enrichissants. Le monde caché des placements privés, avec prédateurs et proies, sera révélé à beaucoup pour la première fois.

Un investisseur prudent procède avec prudence, vérifie chaque déclaration, vérifie les faits et valide les références de ceux qui offrent la foudre dans une bouteille ou un «retour garanti et sûr». Les entreprises réussies sont souvent évoquées et gardées plus longtemps que les échecs, généralement parce que ces dernières est un résultat plus commun.

Rappelez-vous toujours, comme le disent les vieux joueurs, "Le moyen le plus simple de sauver votre argent est de le plier et de le mettre dans votre poche."


Comment la dépendance à l'électronique affecte l'environnement et nos vies

Comment la dépendance à l'électronique affecte l'environnement et nos vies

Selon la Consumer Electronics Association, le ménage américain moyen a dépensé 1 380 $ au cours de la dernière année sur l'électronique grand public (HD), téléphones cellulaires, systèmes de jeux vidéo, ordinateurs, lecteurs de musique portables et lecteurs Blu-ray. Cela se traduit par une industrie de 165 milliards de dollars par année qui semble prospérer malgré la récession.Déjà cette ann

(Argent et affaires)

Comment économiser de l'argent après un accident de voiture

Comment économiser de l'argent après un accident de voiture

Récemment, ma femme a été impliquée dans un accident de voiture et nous avons regardé la situation dans son ensemble. Nous avons réalisé qu'il y avait plusieurs façons d'économiser de l'argent. J'aimerais raconter un peu de mon expérience et des leçons que j'ai apprises dans l'espoir que si vous vous retrouviez un jour dans une situation similaire, vous pourriez peut-être garder un peu plus d'argent dans votre poche.Mon histoir

(Argent et affaires)